redacteur-web-nomade
Articles de blog

Rédacteur web nomade : le métier pour voyager !

Bonjour à tous ! Aujourd’hui, je vous partage un super article rédigé par Lucie Boïago, qui nous parle de sa vision du rédacteur web nomade. Dans cet article, elle vous raconte son parcours, et vous dit pourquoi et comment devenir rédacteur web nomade. Chaussez vos lunettes préférées, ce qui suit va vous intéresser ! 

Le rédacteur web Nomade, un voyageur à la plume affutée

On parle beaucoup de devenir rédacteur web freelance en oubliant son homologue, le rédacteur web nomade. On peut aussi l’appeler le rédacteur web voyage, car sa richesse se situe bien ici. Mais alors comment en vient-on à se former à la rédaction web quand on veut être un digital nomade ? On lie les deux et on devient un rédacteur web nomade passionné de voyages en rédigeant le monde !

Pourquoi être rédacteur web nomade ?

Avant de s’orienter pour devenir rédacteur web, il est bien de se demander pourquoi on veut faire cela. Personnellement c’est mon pourquoi qui a guidé mes nouveaux choix professionnels. J’ai longtemps hésité avant d’être rédactrice web freelance, pourtant je savais que je voulais être libre. Mais libre de quoi allez-vous me dire ? De tout ! Libre de choisir mon métier, mes contraintes, mes horaires d’activités professionnelles (oui on n’est pas obligé de commencer à 8 h 30 du matin jusqu’à 18 h pour être productif) et surtout, libre géographiquement.

Laissez-moi un peu vous raconter qui je suis. Après avoir obtenu un bac général ES spécialité maths, j’ai fait 5 ans de fac Droit, puis deux DU professionnels, dont un en pédopsychiatrie spécialité « adolescents difficiles ». Cette spécialité, c’était pour travailler à l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) ou à la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ). Suite à ce parcours sans faute, j’ai passé de nombreux concours de la fonction publique, dont l’ENM (École Nationale de la Magistrature), pour être juge. Le destin est bien fait car je n’ai eu aucun de ces concours !

Mon premier grand voyage s’est fait quand j’avais 19 ans, sur les terres australiennes. Le virus du voyage m’a pris à ce moment précis. Je suis revenue changé, l’esprit plus ouvert avec une soif de liberté plus accrue qu’elle n’avait jamais été. Si on nous dit qu’il faut bien travailler à l’école pour avoir une bonne situation dans la vie et ne pas dormir sous les ponts, on n’oublie de nous dire que ce n’est pas ce chemin qui nous rendra forcément heureux et libre. Car finalement, le but n’est-il pas d’avoir une bonne situation ou d’éprouver la liberté et la joie au quotidien ?

Après les échecs aux concours de la fonction publique, le temps de la remise en question pointe le bout de son nez. Et ce fut long, très long ! Heureusement, on m’a aussi dit dans ma tendre enfance, qu’il faut toujours avoir plusieurs cordes à son arc. Je ne me suis donc pas contentée de faire des études de droit, j’ai travaillé en parallèle : restauration, événementiel culturel, management, vente pour des entreprises en tout genre (du nougatier de mon village à l’entreprise végétarienne allemande). Cela m’a amené à avoir des responsabilités, à toucher du doigt le monde du travail ; c’est d’ailleurs pour ça que j’ai poussé les études le plus loin possible, car franchement, ce n’était pas très réjouissant le monde du travail ! Tous ces emplois m’ont permis de savoir que je voulais être nomade, car le mode de vie sédentaire « métro, boulot, dodo », ne me convenait pas du tout.

redacteur-web-nomade

Apprendre la rédaction web : le voyage en bandoulière

C’est alors que commence l’épopée des voyages. Ils vont être nombreux… Après l’échec cuisant des concours et la période de remise en question, je décide de partir au bout du monde. Ce sera cap les États-Unis, la Californie plus précisément. J’y ai passé 3 mois la première année, 3 mois l’année suivante et 6 mois l’année d’après. J’ai continué le voyage en Amérique, en visitant le Canada, le Mexique, le Guatemala. Oui on peut le dire je suis une vraie fan du continent américain ! Et c’est à ce moment précis que j’ai découvert les podcasts. Quelle révélation ! J’en ai écouté, encore écouté jusqu’à ce que mon cerveau n’en puisse plus… J’ai appris tellement de choses… C’est à ce moment-là que j’ai découvert la rédaction web. Le témoignage d’une rédactrice web voyage m’a fasciné. C’est là qu’est née ma vocation et que j’ai décidé que j’allais apprendre la rédaction web.

C’est tout un nouveau monde qui s’est ouvert à mes yeux : je pourrais continuer d’avoir ma vie de vagabonde du monde et gagner ma vie sur le web ? Comment ça se fait que je n’étais pas au courant avant ?! Le monde de l’entrepreunariat sur le web m’est apparu ; j’ai effectué beaucoup de recherches les 6 premiers mois après ma découverte. Je suis rentrée en contact avec des infopreneurs, des blogueurs professionnels, des rédacteurs web débutants, des rédacteurs web expérimentés. Je me souviens encore la bienveillance de chacun. J’ai cru rêver, parce que ce n’est pas possible que ce soit si facile, pas vrai ? Bien sûr, ce n’est pas si facile. Il a fallu travailler et il faut travailler beaucoup pour avoir des résultats.

Il faut commencer par se former , ça semblait une évidence. J’ai donc choisi logiquement la meilleure formation qui existe en rédaction web, celle de Lucie Rondelet. Je lui ai écrit du Mexique, on a eu un échange de mail, très intéressant, entre deux passionnés de voyages.

Je n’ai pas intégré la formation tout de suite ; j’ai eu des doutes encore pendant de nombreux mois. Je me suis formée seule en regardant les vidéos de Lucie Rondelet et d’autres professionnels du secteur. J’ai très vite compris qu’avec cette méthode, j’y allais y arriver, mais dans longtemps ! Quand on achète une formation on achète précisément du temps.

Être digital nomade grâce à la rédaction web

Le temps, c’est ce qu’il nous manque dans la vie, donc j’ai finalement, après 8 mois de réflexion (pfff quelle perte de temps), intégré la formation rédaction web formule liberté de Lucie Rondelet. Et comme je ne regrette pas ! Je peux à ce jour dire que la rédaction web est mon activité principale. Grâce à elle, je peux mettre en avant mes autres compétences comme le juridique, les réseaux sociaux ou encore le « healthy food » et le voyage. Je n’ai plus à choisir qui je suis en fonction des pays où je me trouve ; un coup une juriste, un autre une assistante de direction car j’ai travaillé longtemps dans le domaine, ou alors une consultante en cuisine végétale (ah oui c’est un détail, mais je suis veganfriendly, alors c’est un sujet sur lequel je prends souvent position^^).

Devenir rédactrice web nomade me permet d’avoir la vie que j’ai choisi : celle d’être une vagabonde du monde. C’est d’ailleurs le nom de mon blog voyage «  Grainedevagabonds » (vous comprenez le jeu de mots  ). Mon blog m’a permis de m’entraîner à écrire pendant toute la durée de ma formation. On vous dit souvent qu’il faut écrire sur les plateformes de rédaction web quand on est rédacteur débutant ; pour vous faire la main et commencer à construire votre portfolio de rédacteur web. À écrire bénévolement, vu les tarifs pratiqués sur les plateformes, j’ai écrit pour moi, sur mon propre blog. J’ai fait des erreurs, j’en fais encore. Mais au moins, je raconte quelque chose qui me plaît par-dessus tout, je donne des conseils, tant sur les destinations que j’ai visitées que sur la vie de digital nomade.

Mes projets de rédactrice web nomade

Je suis certifiée rédactrice web SEO depuis peu de temps. Et vous savez quoi ? Je n’ai pas besoin de prospecter des nouveaux clients, les clients viennent à moi. Tant mieux car il est très difficile de savoir comment on démarche des clients quand on est rédacteur web débutant. La formation à venir de Morgane va être une petite pépite sur le sujet ! C’est dingue, je ne pensais pas ça possible et pourtant ça arrive bien. Il faut garder le cap, entretenir et construire son réseau. On ne le dit peut-être pas assez souvent, mais le réseau c’est la clé du succès, en plus de vos compétences rédactionnelles bien sûr.

Être rédacteur web nomade, c’est pouvoir travailler de n’importe où ; du moment où il y a une connexion wifi. Je vais tester ça prochainement, lors d’un long voyage en Amérique latine, fin d’année 2019. Depuis que je suis rédactrice web nomade, j’ai écrit d’un peu partout en Europe : Belgique, Portugal, Italie… Après 2 mois d’activité officielle comme rédactrice web, mon revenu augmente chaque mois et j’espère suivre l’exemple de Morgane dans ce domaine.

 

3 commentaires

    • Lucie

      Merci Gwenaelle pour ce commentaire. Oui la force du réseau c’est incroyable ! C’est pourquoi il faut l’entretenir, le construire, le soigner…

  • Nicolas

    Salut Lucie, j’ai adoré ton article, déjà parce que tu as une belle plume, mais aussi parce que c’est exactement l’objectif que je poursuis, devenir un nomade. J’ai cherché et fouiné longtemps avant de “tomber“ sur la formation de Lucie Rondelet, et comme toi, je me suis posé cette même question « comment cela a pu m’échapper tellement longtemps ! » Mais bon, tout arrive à point, rien n’arrive en retard ou par hasard. Donc tout va bien !! J’ai 54 ans, mais ça ce n’est qu’un chiffre ! J’ai l’impression d’en avoir que 30 dans la tête tellement j’ai encore plein de choses à faire, à apprendre, à découvrir !! Merci pour cette belle invitation à la découverte du monde, et qui sait, peut-être qu’un jour, ailleurs, nos chemins se croiseront…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *