Rédaction de contenu web
Articles de blog

Rédaction de contenu web : Comment fixer ses tarifs? Est-ce que ça rapporte ?

Bonjour les rédacs ! Aujourd’hui, je vais répondre à une grande question, une question existentielle qui vous empêche de dormir la nuit si vous venez de vous lancer dans la rédaction web, ou si vous hésitez à sauter le pas. La rédaction de contenu web, est-ce que ça rapporte ? Parallèlement, vous vous demandez aussi combien gagne un rédacteur web ou une rédactrice web, comment facturer vos services à vos clients, à quel prix ? Vous êtes perdu ? C’est tout à fait normal : de nombreuses informations contradictoires circulent sur le net. Certains vous diront qu’il est impossible de vivre de la rédaction web, d’autres que la rédaction de contenus sur le web est une véritable mine d’or. Faisons la lumière sur ces interrogations parfaitement légitimes, allons y let’s go, c’est parti les amis 🎵! 

Fixer ses tarifs pour être rentable

Fixer ses tarifs est une étape particulièrement difficile pour le freelance. C’est d’ailleurs pour cette raison que je consacre un module entier de ma formation « Deviens un Pro du Démarchage Clients » aux tarifs : comment prospecter efficacement, alors qu’on ne sait pas ce que vaut notre travail ? Je vous le dis tout de suite, c’est impossible. Démarcher un client sans savoir lui proposer un tarif juste et adapté : 

  • Vous donne l’air d’un amateur
  • Vous fait perdre du temps
  • Risque de vous faire passer à côté d’une mission intéressante

Rédaction de contenu : fixer un tarif au mot

Fixer un tarif au mot est une technique controversée par certains rédacteurs, qui ne jurent que par la facturation à l’heure ou au bénéfice que peut tirer le client du contenu créé. Je ne vois pas les choses de cette façon : je facture quasiment toutes mes prestations au mot, excepté certains textes copywrités ou les audits SEO du contenu rédactionnel. Pourtant, avec seulement 3 clients (deux blogueurs et une agence de stratégie digitale) je gagne entre 2000 et 4500 € par mois, selon le volume que je peux produire. 

Pour vous y retrouver, le tout est d’adapter votre tarif au mot au contenu demandé. Prenez en compte : 

  • La technicité de la thématique
  • Le délai que vous avez pour rédiger le contenu (la deadline)
  • La récurrence des contenus fournis
  • Le type de contenu (article de blog, page de vente, fiche produit, page à propos, pages fixes…)

Je pense que je peux dire, sans trop m’avancer, qu’en rédaction de contenu, le concepteur rédacteur facture entre 3 et 30 centimes le mot, selon la mission à réaliser. Passons au deuxième type de facturation : la facturation horaire.

Rédaction de contenu : fixer un tarif horaire

Il m’arrive de fixer un tarif horaire avec mes clients. Cela permet de s’y retrouver financièrement des deux côtés pour des missions telles que l’audit SEO du contenu rédactionnel, la réécriture ou l’optimisation de contenus déjà existants pour le référencement naturel. 

Attention cependant : tous les clients n’acceptent pas ce type de facturation. Un client qui vous connaît bien sera logiquement plus enclin à vous faire confiance. En revanche, un client pour qui vous travaillez pour la première fois va forcément se poser des questions : le rédacteur web seo engagé va-t-il réellement travailler le nombre d’heures convenu ?

Heureusement, il existe une solution pour rassurer vos clients. Il s’agit de logiciels de gestion du temps, dont je vous parlerai dans un futur article. Il n’existe pas de tarif horaire parfait. Votre tarif doit être fixé en fonction de vos charges, de votre efficacité, de votre rapidité, et doit toujours rester réaliste. 

Autant vous dire que si vous rédigez lentement, il n’est pas question de facturer une somme astronomique à votre client pour être rentable. Essayez, et vous verrez : votre client décampera aussi vite qu’une gazelle face à une meute de hyènes. Ce n’est pas le but : si le tarif horaire n’est pas rentable pour vous, préférez un autre mode de facturation. 

Facturer sa rédaction de contenu en définissant un tarif forfaitaire

Dernier type de tarif (il en existe d’autres : au feuillet, au signe, au caractère, mais il sont assez peu utilisés, nous les mettrons donc de côté pour aujourd’hui) : le tarif forfaitaire. Il s’agit d’établir un forfait pour une prestation, ou à la journée de travail. 

Une fois encore, si vous êtes plus tortue que lièvre, évitez le tarif à la journée : personne ne sortira gagnant de cette collaboration. Bon ok, peut-être vous, mais pas votre client : restez éthique pour préserver votre réputation en ligne. Vous avez compris le système du tarif forfaitaire journalier, nous n’allons pas nous y attarder : il s’agit de fixer un tarif à la journée de travail. Je vous préciserai juste que la tarif journalier d’un rédacteur web freelance débutant est situé aux alentours de 150 € et peut monter jusqu’à… beaucoup plus ! Pour vous aider à vous faire une idée, le mien est situé aux alentours de 250 € en moyenne, toujours selon la mission qui m’est confiée. 

Le tarif forfaitaire est assez différent : il s’agit de facturer une prestation dans sa globalité. Petit exemple. L’année dernière, j’ai facturé 1500 € la prestation suivante : 

  • Audit SEO du contenu rédactionnel d’un site e-commerce
  • Travail de recherche pour de nouveaux mots clés sur lesquels ranker
  • Mise en place de la stratégie éditoriale sur une courte période
  • Réécriture et correction de l’ensemble du site
  • Optimisation des contenus déjà existants
  • Écriture de nouveaux articles optimisés sur une période définie

Mon client était très content et avec du recul, en comparant ce montant à mon tarif horaire ou au mot, mon travail était tout à fait rentable. Il a vite rentabilisé cette somme par la suite : son site web, optimisé pour le référencement naturel (relooking des paragraphes, sous titres, balises, du maillage interne et production d’un contenu de qualité), a attiré de nouveaux prospects qualifiés, ce qui a entraîné une hausse de son chiffre d’affaires.

Il m’a même engagée par la suite pour publier régulièrement sur son blog. Cette fois encore, j’ai établi un forfait, en partant sur une base de 4000 mots par mois. Nous pouvions ainsi jongler entre newsletters, fiches produits, et production de contenus web pour son blog fraîchement créé. 

Rédaction de contenu web : alors, ça rapporte ?

Vous l’avez compris, la rédaction de contenu peut rapporter gros, sous certaines conditions : 

  • Fixer des tarifs justes et adaptés à la mission confiée
  • Avoir un portefeuille client bien rempli
  • Être rapide et productif 
  • Savoir fidéliser ses clients
  • Être formé au SEO pour rédiger des contenus web à forte valeur ajoutée

 Je peux vous assurer qu’un rédacteur web SEO performant et professionnel peut facilement percevoir 2000 à 2500 € de CA mensuel sans trop d’efforts. Mais tout n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît : pour gagner un bon CA et vivre de la rédaction web, le rédacteur doit à tout prix se constituer un portefeuille client bien garni, si possible composé de clients réguliers. 

Trouver des clients est le nerfs de la guerre en rédaction web : vous n’avez pas de clients ou seulement des mauvais clients ? Votre CA risque de stagner et de ne jamais décoller. 

Il est donc important de prospecter, de choisir les bons clients, et de faire le tri au fil de votre progression. Vos premiers clients vous paieront comme un rédacteur débutant, ce qui est logique. Au bout de plusieurs mois, voire de plusieurs années, vous devrez impérativement augmenter vos tarifs, ou vous séparer de certains clients. Vous avez maintenant les réponses à vos questions : vous savez comment fixer vos tarifs, et êtes (si j’ai été assez claire) rassuré sur un point : la rédaction de contenus web est un vrai métier, qui peut vous rapporter assez d’argent pour vivre confortablement ! 

À vos plumes : Parvenez-vous à vivre de la rédaction web ? Si votre réponse est non, pourquoi selon vous ? 

2 commentaires

  • Audrey

    Merci pour cet article Morgane qui permet de bien situer les choses. 🙂

    Pour la rédaction de contenu, je travaille avec un tarif au mot car je trouve le tarif horaire plus délicat à fixer et à faire comprendre aux clients (surtout pour les nouveaux ou pour un one shot).

    Slasheuse, je ne vis pas de la rédaction web par choix puisque j’ai d’autres activités pro. Mais comme tu le soulignes dans la fin de ton article, je pense qu’un rédacteur web SEO performant et travaillant avec des clients réguliers 5 à 6 heures par jour, 5 jours par semaine peut très bien vivre de la rédaction !

    Bises,
    Audrey

    • MorganeLeroy

      De rien Audrey ! Je suis d’accord avec toi : le tarif au mot est également, pour moi, le moyen le plus simple de facturer mes prestations.
      Ce serait cool que tu nous parle de tes activités ici bientôt d’ailleurs, je pense que de nombreux rédacteurs deviennent slasheurs au final.
      Bonne soirée, bisous 😘

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *