imposteur-redaction-web
Articles de blog

5 choses qui prouvent que vous n’êtes pas un imposteur en rédaction web

Le syndrome de l’imposteur en rédaction web, vous connaissez ? Si vous êtes rédacteur web débutant, vous avez sans doute à y faire face régulièrement. Vous savez, c’est cette petite voix dans votre tête, qui vous souffle que vos tarifs sont trop chers, que vous n’êtes pas assez bon. Elle vous glisse souvent à l’oreille que les autres sont plus professionnels, font mieux que vous… Bref, elle vous donne l’impression d’être un imposteur, de ne pas être un bon rédacteur web, de ne pas être à la hauteur des attentes de vos clients… Si elle vous pousse à vous brader et à baisser vos tarifs, l’heure est grave. Le syndrome de l’imposteur prend beaucoup trop de place dans votre vie, il faut vous en débarrasser ! Dans cet article, je vous rappelle pourquoi vous êtes un as de la rédaction web, et en aucun cas un vulgaire charlatan !

Le syndrome de l’imposteur en rédaction web, c’est quoi ?

Ce n’est pas pour rien que le syndrome de l’imposteur est souvent appelé syndrome de l’autodidacte : cette “maladie” est celle de nombreux freelances, dont les rédacteurs web. Pour faire court et ne pas vous assommer de notions en psychologie, ce syndrome est une forme de doute constant. Il vous pousse à vous sous-estimer, à nier vos performances et vos talents.

Vous ne réussissez pas une chose que vous entreprenez ? C’est normal, vous êtes nul. Vous réussissez ? Cela vous surprend, c’est sans doute dû à un coup de chance ou à un élément extérieur. La prochaine fois, ça ne se passera certainement pas aussi bien.

Commencez-vous à comprendre à quel point le syndrome de l’imposteur est toxique ? Il vous pousse à croire que vous n’excellez pas dans ce que vous faites, malgré des résultats positifs. Au fond de vous, vous n’avez que très peu confiance en vos compétences et pensez même être démasqué un jour. En vous accordant si peu de mérite, vous ne prenez que peu de plaisir dans votre travail de rédacteur web, certain que les choses vireront bientôt au cauchemar et que votre incompétence finira par être reconnue, percée à jour et exposée aux yeux de tous.

Est-il envisageable de vivre de cette manière ? Non, bien entendu. Mais je vais vous dire une chose : vous n’êtes pas un imposteur. Voici 5 choses qui le prouvent…

1 – Je ne suis pas un imposteur, parce que je connais mon métier

La rédaction web n’est pas une sorte de bénédiction qui nous tombe du ciel, ni un don inné. Vous avez sans doute une orthographe irréprochable et un style bien à vous, mais vous avez aussi beaucoup travaillé pour devenir rédacteur web. La rédaction web n’est pas faite pour tout le monde, vous le savez pertinemment, et vous avez longuement mûri votre projet professionnel avant de vous lancer. Vous êtes devenu rédacteur web en connaissance de cause, parce que vous aviez les aptitudes nécessaires. Ensuite, vous vous êtes assidûment formé à la rédaction web, en autodidacte, ou encore en suivant une formation en e-learning. Vous avez dépensé sans compter, qu’il s’agisse de temps, d’argent ou encore d’énergie pour vous donner toutes les chances de réussir. Vous maîtrisez à présent tous les aspects de la rédaction web.

Enfin, vous avez créé votre entreprise de rédaction web freelance. Un imposteur se donnerait-il toute cette peine ? Certainement pas. Vous ne faites pas semblant d’être un professionnel : vous en êtes un, et malgré vos failles, vous possédez les compétences nécessaires pour réussir.

2 – Mes clients sont satisfaits de mes services, serais-je un bon rédacteur web ?

Tiens tiens… Il semblerait que vos clients soient satisfaits de vos services. Vous êtes dans une telle phase de doute que vous leur diriez presque merci. Après tout, ils sont indulgents, et plutôt sympas d’apprécier vos articles. Ouf, cette fois vous l’avez échappé belle. Qui sait, ils se rendront peut-être compte que vous êtes un imposteur lorsque vous lui rendrez vos prochains contenus web.

Débutant en rédaction web, vous avez certainement raisonné de la sorte au moins une fois. Pourquoi ne pas tout simplement reconnaître que vous êtes un bon rédacteur ? Votre client n’a que faire de vous froisser : il n’acceptera un article que s’il lui convient. Alors, si votre client est satisfait de vos services, ne cogitez pas : vos articles sont bons, vous avez bien cerné les attentes de votre client et êtes sans doute sur le point d’entamer  une longue collaboration. Savourez votre mérite : vous avez bien travaillé. La reconnaissance et les remerciements d’un client sont très valorisants pour le rédacteur web, mais aussi une manière de vous prouver que vous êtes sur la bonne voie.

3 – Je m’investis pleinement dans la rédaction web SEO

La rédaction web seo, qu’elle soit une activité à temps partiel ou à temps plein, prend une grande place dans votre vie. Depuis vos débuts, vous êtes toujours à l’affût des nouvelles mises à jour de Google, vous intéressez à l’expérience utilisateur, regardez de nombreux tutos et vidéos tournées par les grands noms de la rédaction web et de l’entreprenariat. Vous savez par exemple que l’algorithme de Google accorde de plus en plus d’importance à la recherche vocale, que les mots-clés sont à utiliser avec modération… Tout cela, vous l’avez appris car vous aimez votre métier, mais aussi parce que vous voulez donner le meilleur de vous à vos clients. Vous vous investissez pleinement, et cherchez à vous perfectionner, à rester en veille face à notre monde en perpétuelle évolution. N’est-ce pas la preuve d’une volonté de bien faire et d’un professionnalisme certain ?

4 – J’ai un style unique

Vous ne vous contentez jamais de réécrire vaguement le texte d’une source qui vous inspire. Tant mieux, car, je vous le rappelle, le duplicate content est très mauvais pour le référencement naturel. Vous avez votre propre style, vous inspirez de plusieurs sources sérieuses, et partez à la pêche aux bonnes informations à chaque fois que vous rédigez. Dans la rédaction de vos articles, vous cherchez toujours à laisser votre empreinte, à apporter de la valeur ajoutée, à rendre votre contenu agréable à lire. Vous y faites part d’informations pertinentes, véridiques et intéressantes. Décidément, vous n’avez vraiment rien à voir avec un imposteur

5 – Je propose des tarifs réalistes, je ne suis pas un imposteur !

Vous proposez un tarif raisonnable, en accord avec la qualité de vos prestations et les tarifs pratiqués dans le métier. Vous établissez ce tarif en fonction de vos compétences, de la mission proposée, du type d’article à traiter, du volume de recherches à effectuer… Que vous facturiez à la pige, au mot, à l’heure ou au forfait, vos tarifs sont toujours réalistes. Vous ne facturez pas 250 euros à votre client parce que vous en avez décidé ainsi, sur un coup de tête. Non, vous avez fixé ce prix après une mûre réflexion, et l’avez annoncé tel quel, parce que votre travail le vaut bien. Il apporte une réelle valeur ajoutée au site de votre client, et vous le savez.

Vous estimez que votre travail mérite 5,10, ou 15 centimes le mot ? N’ayez pas peur d’annoncer votre tarif, et ne laissez pas votre client décider à votre place. Le rédacteur web professionnel, c’est vous, c’est donc à vous d’imposer votre tarif. Si votre client ne possède pas le budget nécessaire, il se tournera vers quelqu’un d’autre, ou vous recontactera quand il aura les fonds nécessaires. Si vous avez la sensation de “dépouiller” votre client, faites taire la voix de l’imposteur qui hurle dans votre tête. Après tout, il serait dommage de dévaloriser et de brader votre travail, simplement parce que vous vous sous-estimez.

Syndrome de l’imposteur en rédaction web : un duo commun mais toxique

Depuis des mois, vous vivez avec votre syndrome de l’imposteur et faites avec. Résultat, vous êtes constamment dans le doute, et vous n’avez pas confiance en vous. Cela transparaît sans doute dans vos échanges avec vos clients, qui n’hésiteront pas à jouer sur votre faiblesse pour faire baisser vos tarifs, ou vous en demander toujours plus. Résigné, vous acceptez bien volontiers ce genre de traitement. Pourquoi ne pas prendre confiance en vous, et vous libérer de votre syndrome de l’imposteur ? Toxique, il risque de consumer votre motivation et votre énergie à une vitesse phénoménale. Pour prendre conscience de vos capacités et lui dire adieu, adonnez-vous à un exercice très simple : notez sur une feuille de papier ce que vous avez bien fait dans la journée, les retours positifs de vos clients, les fois où vous avez réussi à vous sortir d’une situation difficile… Vous constaterez rapidement des progrès. Essayez aussi de vous féliciter de vos bonnes actions chaque jour, aussi minimes soient-elles :

 

  • ce matin, j’ai réussi à rédiger un article de 2 000 mots rapidement, c’est génial !
  • aujourd’hui, j’ai rendu un texte dont mon client a été très satisfait, quelle joie !
  • j’ai trouvé un nouveau client, qui a accepté mon tarif, super !
  • j’ai démarché des clients pendant deux heures, bel effort !

 

Entre nous, vous avez quelque chose d’extraordinaire en vous, nous le savons aussi bien l’un que l’autre. Alors, ne vous voilez plus la face : autorisez-vous à être unique, professionnel, excellent dans votre domaine et laissez le syndrome de l’imposteur loin derrière vous…

 

À vos plumes : avez-vous eu à faire face au syndrome de l’imposteur en rédaction web ? Comment en avez-vous guéri ?

7 commentaires

  • Julien

    Merci pour cet bel article. Je me sens concerné car je termine la formation Origami 2. J’ai à la fois confiance en moi et parfois le doute d’avoir la flamme, tu sais ton propre style. Toujours un peu l’impression d’écrire de manière formatée…
    Ça viendra avec le temps je pense.
    Vive la rédaction et l’écriture en attendant !
    A bientôt
    Julien

    • MorganeLeroy

      Coucou Julien,
      j’étais comme toi il y a quelque mois à peine, mais une chose est sûre,
      le syndrome disparaît quand on prend un peu de « bouteille » ^^
      A bientôt 🙂

  • Marie Leloup

    Merci pour cet article thérapeutique ! Je vais noter les phrases clés sur un post-it et le coller sur mon ordi ET mon miroir !
    Pour ma part, je souffre du syndrome de l’autodidacte et je progresse en relevant des défis qui ne sont pas toujours de mon niveau… donc au moment où je me lance dans l’inconnu, je suis bel et bien un imposteur.
    Mais je suis horrifiée de savoir que des rédacteurs formés puissent encore ressentir ces doutes !!!! Vite ! Lisez cet article, réagissez ! Arrêtez de douter ! Foncez vers la gloire et la réussite ! Laissez le syndrome de l’autodidacte à l’autodidacte !
    Merci encore pour cet article! Me voilà reboostée…

    • MorganeLeroy

      Coucou Marie,
      Tu es très courageuse de t’être lancée en autodidacte, félicitations !
      Le rédacteur formé doit cependant autant faire face au syndrome de l’imposteur (c’est ce que j’ai remarqué du moins), il faut du temps pour être sûr de ses compétences, de ce qu’on peut apporter, de ce qu’on fait mieux que personne. En tout cas, je te souhaite beaucoup de réussite, je suis persuadée que tu persévérance finira par payer 🙂

  • Alexia

    Ah ce fameux syndrome de l’imposteur…
    Merci pour cet article !
    Je pense qu’on est malheureusement jamais à l’abri et que c’est un processus de longue haleine que de ne plus se sentir imposteur dans ce métier de rédacteur web !
    Pour ma part, je me dénigre bien souvent toute seule en disant « oh c’est trois fois rien ! » et je n’aime pas parler de mon métier parce que la plupart des gens ne comprennent pas ce que je fais et que je ne sais pas encore me défendre malheureusement.
    Mais j’y crois, ça viendra !
    Et tu as raison, savourer chaque jour ses petites victoires, c’est déjà un bon début.

    • MorganeLeroy

      Coucou Alexia,
      Effectivement c’est un processus qui prends du temps, le syndrome de l’imposteur est difficile à combattre !
      Je te souhaite de vite prendre confiance en toi. Il ne faut pas avoir peur de parler de son métier de rédacteur,
      c’est en en parlant encore et encore que les gens finiront par intégrer que oui, c’est notre métier, et un vrai métier qui plus est 🙂
      Bonne journée !

  • Delphine Perrier

    Bonjour Morgane, merci pour cet article ! Peu à peu, à force de me renseigner, de m’entraîner et d’échanger avec différents rédacteurs. Arrivera un jour où l’on connaîtra tous au moins une expérience moins bonne et qui nous fera énormément douter sur notre valeur. Justement ! ces expériences nous font grandir et aborder les questions sous un autre angle ! Rédac’Power

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *