Peut-on vivre de la rédaction web ? C’est une question qui revient fréquemment sur le net. Avant de me lancer, je me suis moi-même renseignée sur le sujet. Résultat : les réponses sont mitigées. Il y a parfois de quoi être perdu : certaines personnes prétendent réussir à vivre de leur activité, tandis que d’autres affirment que c’est impossible. Pour vous aider à vous lancer, je vous fais part de mon bilan après 9 mois d’activité. Vivre de la rédaction web, mythe ou réalité ? Dans cet article, je partage avec vous mon expérience, en toute transparence.

 

Vivre de la rédaction web SEO, c’est possible ?

La réponse est… Oui ! Voilà, vous savez tout. C’est sans doute la réponse que vous avez reçue en posant la question à certains rédacteurs, peu désireux d’en dire plus sur leurs revenus actuels ou leurs clients. Je vais donc vous livrer les secrets de ma “petite” réussite. Je dis petite, car bien que j’arrive à vivre de la rédaction web, j’estime que cette activité à un potentiel énorme et que je pourrai en vivre bien plus confortablement dans quelques mois/années.

Je vous dis également cela, car, comme vous le savez peut-être, j’ai accumulé les bourdes dans mes premiers mois d’activité et me suis mis des bâtons dans les roues toute seule, freinant ma progression par la même occasion. Si vous voulez en savoir plus, jetez un œil à mon article “Mes plus grosses erreurs en rédaction web : récit d’une gaffeuse en série”.

Pour ceux qui ne me connaissent pas encore (enchantée, moi c’est Morgane), j’ai suivi la formation Origami 1 de Lucie Rondelet et me suis lancée tête baissée dans la rédaction le 20 avril 2018, jour où j’ai créé mon entreprise. Je vais maintenant vous parler des mois qui ont suivi mon plongeon sans bouée dans le grand bain de la rédaction.

Mon premier mois en tant que Rédactrice web SEO

Pour commencer à gagner mes premiers euros, j’ai commencé à rédiger sur les plateformes de rédaction. J’écris mes premiers articles sur Texbroker et Tripsbytips, une plateforme de rédaction dédiée aux voyages. Sur motivée, je déchante bien vite : les textes partent comme des petits pains, et pour être claire, sont très mal rémunérés. Pourtant, j’arrive à en rédiger plusieurs dizaines dans le mois. Résultat, grâce à cela et à notre site collaboratif, LaRedacDuWeb, j’arrive à gagner plus ou moins 600 euros. C’est peu, mais je suis ravie : la rédaction web possède un potentiel immense, j’en suis convaincue. Cependant, impossible de vivre avec moins d’un Smic, surtout quand on vit à Bordeaux (Bonjour les loyers exorbitants, je vous adore ! ). Je décide donc de m’armer de courage et de suivre les conseils de Lucie : pour vivre de la rédaction web,je dois démarcher des clients, et vite !

vivre-de-la-redaction-web

Mai-juillet 2018 : sur la route de la réussite ?

Au bout de quelques mails, victoire : je trouve un client régulier ! Bon, d’accord, c’est très mal payé : 8 euros l’article de 300 mots. Cependant, ce client me fournit jusqu’à 5 textes par jours, faites le calcul. Bon, vu que je suis une fille sympa, je vais le faire pour vous. En rédigeant 5 articles par jour, 5 jours/7, je peux gagner 800 euros par mois. Grâce à ce client et à quelques missions ponctuelles, je termine le mois avec la magnifique somme de 960 euros sur mon compte. Ce n’est toujours pas ça, mais on progresse ! Je précise que dans mes débuts, je démarchai très mal et avec très peu d’entrain. Je n’ai pas vraiment confiance en moi, et j’ai beaucoup de mal à me vendre.

Vous verrez que depuis, j’ai nettement amélioré ma technique pour démarcher des clients, et que ça a très bien fonctionné. Si vous souhaitez savoir comment j’ai fait, lisez mon article «  4 astuces efficaces pour bien démarcher ses clients « . Mais revenons à nos moutons. Nous sommes donc fin juin. Un ami me parle de son site d’e-commerce, qu’il souhaite faire apparaître sur les premières pages de résultats Google. Cela tombe bien, c’est dans mes cordes. Je lui propose un Audit SEO et programme avec lui un planning éditorial. 2 articles de 1 000 mots par semaine, que je facture 5cts le mot. Résultat, je termine le mois de juillet avec plus de 2 000 euros de CA. À partir de ce moment, mes doutes s’envolent : oui, il est tout à fait possible de vivre de la rédaction web. Je précise que je propose encore un tarif assez bas, car lorsque j’ai débuté, j’ai eu du mal à fixer mes tarifs. Je pense les augmenter rapidement !

Août-Novembre 2018 : je suis lancée

Encore une fois, j’ai eu beaucoup de chance. Une grosse cliente m’a trouvée via LaRedacDuWeb, et me propose de rédiger pour elle : 2 articles de 1 500 mots par semaine.

Une autre cliente, qui fait partie de mes clients réguliers depuis, me propose également de rédiger deux articles de 1 000 mots par semaine, sur une thématique qui me plaît. Tout se passe pour le mieux.

En novembre, je perds la première de mes clientes en route : nous sommes en désaccord sur plusieurs points. Pour être plus précise, elle m’en demande toujours plus, sans que le tarif de la prestation augmente d’un centime. Nous mettons (enfin, plutôt elle), fin à notre collaboration. Je suis désemparée. À ce stade, je n’ai plus qu’une cliente régulière, ce qui n’est évidemment pas suffisant pour couvrir mes dépenses. Je ne peux plus miser sur la chance. Je m’arme donc de courage, retrousse mes manches et démarche plusieurs heures par jour.

 

Décembre-maintenant : un portefeuille client bien rempli

Début décembre, c’est la folie. J’ai démarché tellement de clients que je ne peux accepter toutes les missions qu’on me propose. Je décide de choisir 4 clients supplémentaires, et j’accepte quelques missions ponctuelles. Résultat, j’ai gagné plus de 3 000 euros en décembre, ainsi qu’un portefeuille client fidèle et bien rempli. Depuis, nous travaillons ensemble, et tout se passe à merveille. Les missions sont récurrentes, leurs besoins énormes et ils sont très satisfaits de mon travail. J’ai réussi à bien m’organiser, j’arrive à respecter les deadlines, et je prends même le temps de créer mon blog.

 

Le bilan après 9 mois d’activité

Vous l’avez compris, je vis maintenant pleinement de mon activité. Pourtant, je ne propose pas des tarifs très élevés : entre 4.5 et 7 centimes le mot, en fonction des clients et de mon niveau d’expertise dans les thématiques abordées. Alors, si vous avez encore des doutes, je vous rassure : vivre de la rédaction web est tout à fait possible, si l’on s’en donne les moyens. N’hésitez plus : formez-vous, démarchez des clients, sortez de votre zone de confort et les résultats seront à la clé. Si tout ne se passe pas comme vous le souhaitez, armez-vous de patience : bien sûr, je ne peux pas vous raconter tout mon parcours en quelques lignes, mais croyez-moi, je suis passée par des phases de déception intense, où j’étais si démotivée que j’étais incapable d’écrire un simple mail pour proposer mes services. Accrochez-vous, donnez de votre personne, ne lâchez rien, et comme moi, vous surferez bientôt sur la vague de la réussite.


À vos plumes : avez-vous des doutes sur la rentabilité du métier de rédacteur web ? Avez-vous peur de vous lancer ? Si vous êtes déjà rédacteur, rencontrez-vous des difficultés pour gagner votre vie sur le web ?