Personne n’est à l’abri de faire de grosses erreurs en rédaction web, surtout lorsqu’on débute. Si vous avez lu mes autres articles, vous savez que je vis maintenant pleinement du métier de rédactrice web SEO. Pourtant, j’ai parfois fait quelques grosses bourdes qui auraient pu me coûter cher, et cela malgré les conseils avisés de mon mentor, Lucie Rondelet. Bien entendu, cela m’est arrivé dans mes débuts ou pas, et j’ai maintenant tiré une leçon de mes erreurs. Vous vous reconnaîtrez peut-être dans mon récit. En toute transparence, je vous raconte mes plus sombres secrets, mes plus grosses erreurs en rédaction web. Même si j’en ai honte, je tiens à partager avec vous les bons, comme les mauvais moments. C’est parti !

 

Ma première erreur en rédaction : vouloir aller trop vite et ne pas me relire

Un mois après mon lancement, un client me contacte via LaRedacDuWeb, le site web collaboratif de la formation Origami. Surexcitée par le gros projet qu’il me propose, je me mets à la tâche très rapidement, et rédige l’article demandé. Tout aurait pu bien se passer, sauf que dans le feu de l’action, j’ai envoyé mon article sans me relire. Aïe…

Ne me faites pas les gros yeux, cela arrive même aux meilleurs, vous n’êtes pas d’accord ? En fait, non, c’est complètement faux et je le sais aussi bien que vous. Un bon rédacteur web doit toujours se relire minutieusement avant d’envoyer un article à un client.

Vous l’avez sans doute deviné, j’ai fait quelques fautes d’inattention, rien de très grave, mais mon client, pas satisfait du tout, m’a gentiment remerciée. Notre collaboration a pris fin avant même d’avoir commencé et forcément, j’étais très déçue. Cela m’a servi de leçon, je relis maintenant méticuleusement mes textes et les passe au correcteur avant de les envoyer.

Ma plus grosse erreur en rédaction : démarcher des clients sans m’être renseignée sur leur travail

S’il y a bien une erreur dont j’ai terriblement honte, c’est celle-là. Au cours de ma formation Rédaction Web SEO, j’ai pourtant appris qu’il est primordial de bien se renseigner sur un client avant de le démarcher.

Si cela vous intéresse, je vous donne quelques astuces pour trouver des clients dans mon article « 4 astuces efficaces pour bien démarcher ses clients« .

J’ai commis cette grosse erreur il y a quelques mois, dans l’un de mes mauvais jours. Soyons honnête, le démarchage client n’est pas l’un des aspects que je préfère dans la rédaction, comme beaucoup d’entre nous.

J’envoyais de jolis mails personnalisés depuis des jours, sans réponse. Prise de panique, j’ai décidé de faire du démarchage massif et d’envoyer plusieurs dizaines de mails. En faisant mes recherches, je tombe sur un blog sympa. Alors j’envoie un mail, pas vraiment personnalisé, juste ce qu’il faut.

Quelques minutes plus tard, je reçois une réponse de mon potentiel client. Le premier contact est fluide, le blogueur est très sympathique et me propose de rédiger un article test. Nous discutons du tarif, qui est un petit peu plus bas que ce que je propose habituellement. Je lui demande donc si à ce tarif, son équipe de rédacteurs produit des articles optimisés. Il me demande alors comment optimiser un article, ce qu’est exactement le SEO.

Forcément, je lui explique tout, partant du principe qu’il n’y connaît absolument rien. Suite à cela, il me remercie pour mon explication détaillée et me demande si je connais son métier.

Là, je sens que je suis passée à côté de quelque chose.

En parcourant attentivement son site, je me décompose : il est éditeur de sites web, spécialisé dans le référencement… Rouge de honte, je joue sur l’humour et m’excuse. Finalement, j’ai de la chance : il ne m’en tient pas rigueur et nous travaillons ensemble depuis quelques mois…

erreurs-redaction-web

Erreur numéro trois : accepter tout et n’importe quoi… Et le regretter !

Si vous êtes rédacteur web freelance, vous êtes sans doute passé par là pendant vos premiers mois d’activités. Dans mes débuts pas si lointains, j’avais tendance à dire oui à tout.

 

“Ah, vous souhaitez me payer 2 centimes le mot ? Mais bien sûr, c’est parfait, je peux même intégrer votre contenu et vous fournir les images !” Cela vous rappelle quelque chose ?

 

Il y a quelques mois, une cliente me contacte pour un gros projet : trois articles de 1 500 mots par semaine, plus 35 fiches produits de 200 mots hebdomadaires. Forcément, je saute sur l’occasion. Elle m’annonce que je devrai également créer des mosaïques photos et intégrer les articles, mais vu que la thématique me plaît, j’accepte sans hésiter.

Au bout de quelques semaines, c’est le cauchemar. Je passe trois heures à rédiger et mettre en page chaque article, pour un salaire dérisoire. Ma cliente change tout le temps d’avis et m’en demande de plus en plus.

Financièrement, je ne m’y retrouve pas du tout, sachant qu’habituellement, je rédige 1 000 mots par heure. Au bout du compte, lorsque j’explique à ma cliente que j’aimerais revoir le tarif pour cette prestation, et que je ne peux pas continuer comme cela, elle met fin à notre collaboration.

Sur le coup, je me sens lésée et je suis très en colère.

Pourtant avec du recul, qui est la fautive ? Elle, qui a profité de mon statut de débutant et de ma gentillesse, ou moi, qui n’ai pas su imposer mon tarif et poser des limites pour collaborer sur des bases saines ?

Même si vous débutez, il est important de ne jamais vous brader. Si vous rédigez un article test et que votre client en est satisfait, il est inutile de baisser vos prix. De même, il est important de bien réfléchir à la mission qui vous est confiée avant de l’accepter :

 

  • est-ce intéressant financièrement ?
  • combien de temps vous prendra la rédaction de ces articles ?
  • les exigences du client vous conviennent-elles ?
  • S’il s’agit d’une collaboration sur du long termes, pensez-vous pouvoir travailler ainsi pendant plusieurs mois/années ?

 

Faire des erreurs quand on débute en rédaction web : c’est utile !

Et oui, faire des erreurs est parfois une bonne chose. Cela vous étonne ? Comme le dit le proverbe : jamais une erreur, toujours une leçon.

En effet, grâce à vos premières bêtises, vous apprenez ce qu’il faut faire, et ce qu’il ne faut pas faire. Certaines erreurs peuvent vous coûter cher, vous faire perdre des clients, mettre un terme à une collaboration intéressante…

Autant vous dire que lorsque cela vous arrive, vous retenez une leçon de vos erreurs et n’êtes pas prêt de recommencer. Cela vous permet d’aborder vos futurs clients d’une façon plus adaptée, de savoir ce que vous voulez, et surtout, ce que vous ne voulez plus.

 

  • Vous ne faites jamais d’erreurs en rédaction web ? Félicitations, c’est un parcours sans faute !
  • Vous en faites ou en avez fait ? Ne vous découragez pas : l’important est d’apprendre de ses échecs et de se relever, toujours plus fort, prêt à faire face à de nouveaux obstacles. Car oui, il y en aura d’autres.  

 

Alors, à vous de jouer : relevez vos manches, rédigez, faites des erreurs, mais surtout, ne vous découragez pas !


À vos plumes : Quelles sont vos plus grosses erreurs en rédaction web ? Comment avez-vous réagi face à ces échecs ?